Vues : 126 x
Noter cet article:
1 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 5
(3,00)
(Login obligatoire)

428 milliards d’euros de fonds publics par automobiles en 2018

DOMAIN: Actualité

Posté le : 26 avril 2019, 12:39

Temps de lecture: 2 minutes

Le noyau dur de quatorze pays de l’UE a réuni 428 milliards d’euros de fonds publics par automobiles en 2018. C’est 3,5 % de plus que l’année précédente.

Ceci peut être conclu à partir du Guide Fiscal 2019 de l’organisation faîtière Acea. Le guide rappelle que ce montant représente deux fois et demie le budget total de l’UE.

UE-15

Il s’agit des recettes totales de la taxe sur les véhicules automobiles en Autriche, Belgique, Danemark, Allemagne, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal, Suède et Royaume-Uni. Il s’agit notamment de la taxe sur les véhicules à moteur, de la taxe à l’achat (bpm), de la TVA sur les réparations et les pièces de rechange, et des droits d’accises.

De grandes disparités

Le Guide fiscal 2019 fait apparaître de grandes disparités de fiscalité entre les différents pays. Certains États membres continuent à taxer la véhicule sur la base de la puissance du moteur, du prix, du poids, de la cylindrée ou d’une combinaison de ces facteurs. De plus en plus, les émissions de CO2 sont prises en compte dans la taxe. Sur les 28 États membres, 21 prennent désormais en compte les émissions de CO2 d’une manière ou d’une autre.

La Belgique représente 19,6 milliards d’euros. Les droits d’accises (7,9 milliards d’euros) et les taxes à l’achat (7,3 milliards d’euros) représentent l’essentiel de ces recettes.

Électrique

Vingt-quatre pays sur vingt-huit calculent aujourd’hui d’une manière ou d’une autre un avantage fiscal pour les conducteurs de véhicules électriques, bien que ces mesures soient également de nature très différente selon les pays. Par exemple, seuls 12 pays versent une prime aux automobilistes qui achètent une voiture électrique.

“Les mesures fiscales sont cruciales pour créer une demande de voitures à émission zéro ou émissions faibles”, explique Erik Jonnaert, PDG d’Acea. “Le prix d’achat d’une voiture électrique reste un obstacle majeur à une démocratisation importante sur le marché. Par conséquent, les constructeurs automobiles exhortent les gouvernements nationaux à proposer des mesures incitatives.”

Tags: ,

Les comportements inciviques…Marché automobile belge :…
RÉACTIONS

Placez réponse

Je moet inloggen om een reactie te kunnen plaatsen.