Vues : 48 x
Noter cet article:
0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5
(0,00)
(Login obligatoire)

De jeunes entrepreneurs avec une vision

DOMAIN: Actualité

Posté le : 24 mars 2020, 09:18

Temps de lecture: 5 minutes

Kevin Naessens et Dieter Geldhof ont uni leurs forces pour placer Autobedrijf Naessens sur la carte de la Flandre occidentale. Le duo est conscient de l’image négative encore souvent associée aux garages indépendants. C’est pourquoi ils ont rejoint le nouveau concept Ecocarrepair.

Dieter Geldhof et Kevin Naessens se connaissent depuis l’enfance. Après avoir terminé sa formation en technique automobile, Dieter a commencé à travailler dans l’atelier d’une concession BMW. Il s’est rapidement trouvé dans une phase de transition qui, par l’exercice d’une activité complémentaire en tant qu’indépendant, lui a ouvert la voie à un avenir de garagiste indépendant. Cette étape est maintenant derrière lui depuis plus de trois ans. Kevin rêvait de devenir vendeur de voitures d’occasion, et proposer surtout une offre très sélective d‘occasions très récentes du segment supérieur. Il y a maintenant une petite année de cela, Dieter et Kevin ont décidé de réunir leurs activités. Ou plutôt de les revaloriser mutuellement par une collaboration étroite et complémentaire. Parfaitement aménagé, leur établissement est situé Meensesteenweg 90 à Courtrai.

C’est surtout l’aspect ‘formation’ qui a été déterminant pour rejoindre le nouveau concept Ecocarrepair.

“Lorsque je travaillais à la concession BMW, j’étais habitué à suivre en permanence des formations, obligatoires ou sur base volontaire”, explique Dieter Geldhof. “En tant qu’indépendant ou garage indépendant, on n’a pas ces possibilités de formation permanente, même si on a tout autant besoin de ce type d’information. Qui plus est, pour différentes marques. Dans la concession de marque, j’ai également appris une façon de travailler qui part de l’analyse du problème, de l’étude de schémas, pour ensuite poser un diagnostic et s’attaquer au problème. Ecocarrepair soutient cette approche, ce que je considère comme extrêmement important.” Mais c’est tout de même surtout l’aspect ‘formation’ qui a été déterminant pour rejoindre le nouveau concept Ecocarrepair.

L’accent sur la formation

Van Heck Interpieces a introduit le concept ‘Ecocarrepair’ début 2019 via ses grossistes. “Nous avons constaté une demande toujours croissante pour un label très accessible, sans frais d’abonnement et sans pression informatique”, déclare Tim Lagae, Account Manager & Team Coach Sales chez Van Heck Interpieces. “C’est ce qui nous a amenés à lancer Ecocarrepair, ou ECR en abrégé, qui se concentre principalement sur la formation du garagiste indépendant.” Pour pouvoir arborer le label, le personnel technique du garage Ecocarrepair doit suivre différentes formations de l’offre ‘Automotive Academy’, telles que Brembo Expert, Easy Airco, Easy Turbo, etc. En outre, une hotline est disponible pour l’aide au diagnostic. Van Heck Interpieces veille également à proposer des prix serrés pour des marques qualitatives et un rayonnement Ecocarrepair spécifique.

“Des membres du personnel mieux formés, c’est une situation win-win pour eux-mêmes et pour le grossiste.”

David Stekelorum, directeur d’Autoparts Stekelorum, a été immédiatement séduit par la formule même si, en tant que grossiste, il propose aussi d’autres programmes Bosch payants. Le concept Ecocarrepair est facilement accessible et donc d’une grande importance pour le garage indépendant qui veut rester à jour au sein du secteur automobile. Le catalogue de formation d’Automotive Academy que le grossiste est en mesure de présenter est très vaste mais offre également une profondeur avec, pour de nombreux sujets, un éventail allant des connaissances de base au niveau expert. “Nous constatons aussi que les clients qui suivent des formations fréquemment introduisent beaucoup moins de réclamations au titre de la garantie et qu’il y a peu de discussions lorsqu’il arrive qu’ils le fassent quand même”, ajoute David Stekelorum. “Des membres du personnel mieux formés, c’est une situation win-win pour eux-mêmes et pour le grossiste.”

Un large soutien

Aujourd’hui, Autoparts Stekelorum a déjà pas mal de clients avec le label Ecocarrepair, le plus grand nombre en Belgique. Dieter Geldhof note cependant que certaines marques de voitures et concessions facilitent l’accès à des informations spécifiques à la marque mais essayent aussi d’agir en tant que fournisseur en contrepartie, ce qui les met en concurrence avec le grossiste habituel. “Les concessionnaires se voient également imposer de sérieux quotas pour la vente de pièces détachées et de rechange, ce qui explique qu’ils recherchent de la croissance auprès des collègues indépendants”, déclare David Stekelorum. “Mais en tant que grossiste, nous pouvons offrir un soutien beaucoup plus large au garagiste indépendant.”

Dieter Geldhof ne craint pas les futures évolutions techniques tant qu’il peut continuer à travailler à sa manière.

Par exemple, Autoparts Stekelorum peut prêter des outils spécifiques via LKQ Support. “Nous constatons que nos clients prêtent en moyenne cinq outils par an”, poursuit le chef d’entreprise. “En tant que grossiste, nous avons donc conclu un contrat dans lequel nous regroupons les besoins de nos clients.” Autoparts Stekelorum a elle-même aussi investi dans une rinceuse pour le nettoyage des boîtes de vitesses automatiques et la prête à ses clients. David Stekelorum voit un avenir positif pour le grossiste: “Il y en a toujours qui cessent d’exister, pour quelque raison que ce soit, et cela mène à une concentration vers les acteurs les plus forts, dont l’offre répond de manière optimale aux besoins du garagiste indépendant.”

Evolutions techniques

“Il se peut que la vente de pièces détachées diminue si l’électrification du parc automobile devait quand même se poursuivre à grande échelle, mais alors nous trouverons certainement d’autres moyens pour continuer”, déclare un David Stekelorum déterminé. Bien que guère convaincu par un avenir entièrement électrique pour la voiture, Dieter Geldhof a suivi de sa propre initiative une formation ‘véhicules électriques’ via Educam. Ce qui a bel et bien un avenir selon lui, c’est la réparation de diverses unités de commande qui sont maintenant systématiquement remplacées en cas de problème. Concernant les occasions récentes que vend l’entreprise, il espère par ailleurs un assouplissement du règlement des garanties, pour lequel ils doivent encore se tourner vers un concessionnaire de marque: “Bien que la validité de la garantie constructeur soit incontestable, également pour les voitures achetées ailleurs en Europe, la plupart des garages de marque manifestent un maximum de réserve en la matière.”

Dieter Geldhof ne craint pas les futures évolutions techniques tant qu’il dispose des moyens nécessaires pour continuer à travailler à sa manière. “Il faut penser de manière logique et structurée, quelle que soit la voiture qu’on a devant soi”, dit-il. “Face à un moteur à combustion, il faut puiser dans ses connaissances des moteurs à essence ou Diesel et approfondir toutes les pistes de réflexion pertinentes jusqu’à trouver la cause du problème. Quel que soit le problème du client, il faut toujours le ramener à l’essentiel, et ensuite on peut presque toujours le résoudre.”

Une interaction positive

Dans la mesure du possible, Autobedrijf Naessens s’efforce d’offrir un service équivalent à la concession de marque. En cas d’immobilisation longue dans le garage, la voiture passe par exemple au car-wash en face. En outre, le jeune duo d’entrepreneurs constate de plus en plus une interaction positive entre la vente d’occasions et les activités du garage. “La personne qui achète une belle occasion ici est contente d’également pouvoir venir chez nous pour l’entretien. Et un client qui fréquentait déjà le garage avec sa ‘vieille’ voiture sera vite enclin à regarder dans notre show-room pour un prochain achat. La fidélisation du client fonctionne pour les deux volets de l’entreprise”, conclut Dieter Geldhof.

Tags: , ,

Colantonio: ‘aussi…Le nouveau RGEC et l’ère…
RÉACTIONS

Placez réponse

Je moet inloggen om een reactie te kunnen plaatsen.

Dernières nouvelles

Le plus lu le mois dernier

Derniers commentaires

  • […] de pneus,…

    20 mars 2020, 12:08par:Détours - La Belgique veut taxer les pneus, bientôt la même chose en France ?