Vues : 47 x
Noter cet article:
0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5
(0,00)
(Login obligatoire)

Évolution des indicateurs d’accidents pas suffisante

DOMAIN: Actualité

Posté le : 25 avril 2019, 12:00

Temps de lecture: 2 minutes

Au cours des 10 dernières années, le nombre de tués sur la route est passé de 980 tués (en 2008) à 615 tués (en 2017), ce qui représente une diminution de 4,9%, mais cette évolution ne semble pas suffisante pour atteindreles objectifs fixés pour 2020 (objectif fixé à un maximum 420 décès en 2020).

C’est ce que rapporte l’Institut Vias sur le Rapport statistique 2018 Accidents de la route 2017.

À court terme, comparativement à l’année 2016, le nombre de tués a diminué de 8,2%, la mortalité a baissé de 8,6% et la gravité des accidents corporels de 3,1%. En 2017, le nombre de tués rapporté au nombre d’habitants est plus important en Belgique (55 décès par million d’habitants) qu’en France (53), en Allemagne (38) ou aux Pays-Bas (31). La moyenne européenne en 2017 est de 50 décès par million d’habitants au niveau européen.

Tendences saissonières

Certains types d’usagers ont des tendances saisonnières spécifiques, et devraient donc être particulièrement sensibilisés  à  certains  moments  de  l’année : par  exemple, on  dénombre davantage d’accidents corporels impliquant des motocyclistes en été qu’en hiver (ils sont plus présents sur la route) ; a contrario, on dénombre plus d’accidents impliquant un piéton durant les mois d’hiver, ces derniers pouvant être moins visibles. L’heure à  laquelle  surviennent  les  accidents  est  aussi  essentielle,  on  constate  que  les  accidents  se  produisent principalement  durant  les  heures  de  pointe.  Enfin,  phénomène  connu  mais  à  garderà l’esprit, les jeunes conducteurs sont toujours plus fréquemment impliqués dans un accident mortel pendant la nuit.

Regional

On observe que la gravité des  accidents est plus élevée dans les provinces de Namur et de Luxembourg par exemple, que dans les provinces de Flandre-Orientale et du Limbourg qui enregistrent les scores les plus favorables. Les accidents sont plus graves sur autoroute qu’en agglomération. En raison de leur nombre important sur les routes et de leur exposition au risque d’accident, les occupants de voitures sont les usagers de la route parmi lesquels on déplore le plus grand nombre de décès, aussi bien aux carrefours qu’en dehors de ceux-ci.

On note que globalement, les collisions les plus fréquentes sont des collisions par le côté. En fonction du lieu de l’accident, cette observation peut changer: sur autoroute par exemple, les collisions les plus fréquentes sont des collisions par l’arrière ou en parallèle, avec une proportion non négligeable d’accidents où seul un usager est impliqué (perte de contrôle). Si l’on s’intéresse aux causes des accidents survenus sur autoroute, on a pu constater que la cause première d’accident est liée à la distraction des conducteurs, tandis qu’un défaut d’aptitude à la conduite représente la seconde cause d’accident sur autoroute. Enfin, notons également que l’alcool joue un rôle très important dans les accidents de la route, puisque plus de 10% des conducteurs  de  voitures  impliqués  dans  un  accident  corporel  sont  contrôlés  positif,  ainsi  que  10%  des conducteurs de camionnette.

Tags: ,

Febelauto distingue les…Ventes Groupe Renault baissent…
RÉACTIONS

Placez réponse

Je moet inloggen om een reactie te kunnen plaatsen.