Vues : 111 x
Noter cet article:
0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5
(0,00)
(Login obligatoire)

Hausse d’accidents fantôme en 2017

DOMAIN: Carrosserie

Posté le : 3 août 2018, 07:54

Temps de lecture: 2 minutes

Le nombre d’accidents impliquant un conducteur fantôme a augmenté l’an dernier. Dans plus d’1 cas sur 3, il était sous l’influence de l’alcool. Ces accidents sont 10 fois plus mortels que la moyenne des accidents sur autoroute. Dans 1 accident sur 5, le conducteur fantôme décède.

Voilà quelques résultats issus d’une nouvelle analyse statistique de l’institut Vias réalisée sur la base des chiffres du SPF Economie publiés la semaine dernière.

10 fois plus graves

L’an dernier, il y a eu 16 accidents avec tués ou blessés impliquant un conducteur fantôme sur autoroute. C’est plus qu’en 2016 (11 accidents) et c’est même le nombre le plus élevé depuis 2009. Les accidents impliquant un conducteur fantôme représentent seulement 0,35% de la totalité des accidents corporels sur autoroute, mais sont la cause de 3,5% des décès sur autoroute. Ces accidents sont donc 10 fois plus graves que l’ensemble des accidents corporels sur autoroute.

Au cours des 10 dernières années, nous avons déploré 265 victimes au total dans les 123 accidents impliquant un conducteur fantôme dont 41 tués et 224 blessés. On recense en moyenne 1 mort tous les 3 accidents avec un conducteur fantôme. Celui-ci perd la vie dans un accident sur 5 (19%).

Surtout la nuit

Environ la moitié des accidents corporels impliquant un conducteur fantôme ont lieu la nuit (44%). C’est proportionnellement 2 fois plus que ce que nous observons au niveau de l’ensemble des accidents corporels sur autoroute puisque seulement 22% d’entre eux se produisent la nuit.

Quasi un conducteur fantôme sur 5 (18%) impliqué dans un accident a plus de 65 ans, alors que les seniors ne sont représentés que dans 4% de l’ensemble des accidents sur autoroute. La conduite à contresens est donc beaucoup plus fréquente chez les seniors que chez les plus jeunes. Mais en chiffres absolus, c’est chez les 25-44 ans que l’on compte le plus de conducteurs fantômes (58 contre 21 pour les 65+).

L’alcool

Dans un cas sur 3 (36%), le conducteur fantôme était sous l’influence de l’alcool au moment de l’accident. C’est 4 fois plus que pour l’ensemble des accidents corporels sur autoroute (9%).

Tags: , , ,

Mario Vandamme, meilleur…La chute immatriculations…
RÉACTIONS

Placez réponse

Je moet inloggen om een reactie te kunnen plaatsen.