fbpx
Vues : 148 x
Noter cet article:
1 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 5
(3,00)
(Login obligatoire)

Label pneumatique 2.0: (r)évolution

DOMAIN:

Posté le : 23 septembre 2020, 09:38

Temps de lecture: 4 minutes

À Bruxelles, c’en est fini des soubresauts politico-administratifs: dès le 1er mai 2021, la nouvelle mouture du label pneumatique européen entrera en vigueur. Il s’agira davantage d’une évolution que d’une révolution. Aftersales Magazine vous énumère les changements.

L’Europe décrit jusque dans les moindres détails à quoi doit ressembler le nouveau label pneumatique. Ses dimensions minimales sont ainsi de 75 x 110 mm. La couleur de fond doit être blanche à 100% et le QR-code doit être 100% noir. Les polices de caractère imposées sont les polices Verdana et Calibri. La désignation du type de pneu doit être en caractères 100% noirs en Verdana Regular 7 pt alors que l’indice de charge et le symbole de vitesse sont indiqués à l’aide de caractères 100% noirs en Verdana Regular 10 pt.

Voici quasiment huit ans, tous les points de vente de pneumatiques pour automobiles en Europe se virent imposer l’obligation d’utiliser un label pneumatique pour présenter leurs produits. Cette étiquette devait informer l’utilisateur final (consommateurs, gestionnaires de parc, entreprises de transport) sur la base de méthodes de test harmonisées pour la consommation de carburant, l’adhérence sur sol mouillé ou le bruit de roulement externe du pneu en question. De la sorte, pour choisir ses pneus, tout le monde pouvait sélectionner ses propres critères et peut-être ainsi réaliser des économies. Les connaissances acquises et les améliorations apportées aux produits ces dernières années permettent de présenter aujourd’hui une version évoluée de l’étiquette originelle. Si certaines modifications concernent des détails, d’autres impliquent des changements plus importants. 

Tout d’abord, ce label pneumatique 2.0 propose en haut à droite un QR-code qui mène vers une base de données européenne centralisée, partiellement accessible au public, réunissant des informations sur les produits. Les fabricants et/ou les importateurs sont désormais obligés d’y référencer les données correspondantes dans les deux semaines suivant l’introduction d’un nouveau pneu sur le marché. Ces informations doivent également être disponibles en ‘open data’ afin de pouvoir être utilisées par les développeurs d’applications mobiles et d’instruments de comparaison. Les labels doivent d’ailleurs être clairement visibles pour les consommateurs dans toutes les circonstances où des pneus sont vendus, et donc aussi sur les sites de commerce en ligne. Les pneus C3, dédiés aux poids lourds, doivent désormais également afficher ce label (sous forme d’autocollant). 

Évolutions de la forme 

Au-delà de ces modalités générales, diverses évolutions sont à noter sur le strict plan de la forme. Ainsi, les vaguelettes (1, 2 ou 3) illustrant le niveau du bruit de roulement externe seront remplacées dès mai 2021 par les lettres A, B ou C. Par ailleurs, les performances enregistrées pour les critères ‘adhérence sur sol mouillé’ et ‘consommation de carburant’ seront notées avec des lettres allant de A à E (au lieu de A à G comme actuellement). Sur les pneus hiver et quatre saisons, le label doit présenter de manière plus explicite le pictogramme du flocon de neige ou de l’iceberg. Et désormais, il est totalement interdit de faire preuve de créativité en modifiant le label, comme le font parfois des sites de vente de pneus. Et donc, il n’est plus permis de supprimer ou ajouter des symboles pour que ce label soit plus ‘clair’.

Le règlement (UE) 2017/1369 connaît, tout comme l’actuel règlement (CE) 1222/2009, certaines exceptions. Ainsi, il n’est pas d’application sur les pneus professionnels non routiers et les pneus conçus uniquement pour être montés sur des véhicules dont la première immatriculation est antérieure au 1er octobre 1990. Ne sont pas davantage concernés les pneumatiques de secours à usage temporaire de type T, les pneus dont l’indice de vitesse est inférieur à 80 km/h, les pneus dont le diamètre de jante nominal est inférieur à 254 mm ou supérieur à 635 mm, les pneus munis de ‘dispositifs additionnels destinés à améliorer les caractéristiques de traction’ (tels que les pneumatiques cloutés), les pneus conçus exclusivement pour les courses automobiles, et les produits d’occasion (sauf importés d’un pays tiers). 

Pas encore définitif?

Même si les signaux sont désormais au vert sur le plan politique au niveau européen, et si le document actuel est particulièrement détaillé, ce nouveau label pneumatique fera probablement l’objet de nouvelles précisions après le 1er mai 2021. Il manque ainsi toujours par exemple un test certifié pour déterminer objectivement le kilométrage ou la durée de vie d’un pneu. Il n’existe pas davantage de solution simple pour savoir quand un pneu a atteint la moitié de sa durée de vie. Le débat se poursuit également concernant le label pour les pneus disposant d’une bande de roulement rechapée. Tous ces aspects pourront être ajoutés au dossier. 

Désormais, il est totalement interdit de faire preuve de créativité en modifiant le label, comme le font parfois des sites de vente de pneus.

Par ailleurs, mettre en place une base de données des pneumatiques est plus complexe que beaucoup peuvent le penser, notamment en raison du grand nombre de paramètres à prendre en compte, comme la désignation des dimensions, l’indice de charge, le symbole de vitesse, le bruit de roulement externe exprimé en dB(A) et la ‘valeur minimale de l’indice de performance sur la neige’. En outre, après un certain temps, chaque partie apporte inévitablement sa propre interprétation au fichier. Sans oublier le nombre de références OE, plus nombreuses chaque jour, ainsi que la gamme en expansion des pneus pour véhicules électriques. Aujourd’hui, le relevé le plus précis en Europe réunit quelque 56.000 types de pneumatiques dans la liste des prix bruts mise à jour. L’UE impose également aux fabricants de continuer à tenir à la disposition du public les informations sur le produit durant cinq ans après la commercialisation du dernier exemplaire. 

Commerce de détail 

Le nouveau règlement est constitué de plus de 11.000 mots, répartis sur 34 pages. Même si les nouveautés ne sont guère spectaculaires au niveau de leur contenu, elles ont assurément des conséquences pour le secteur. C’est le détaillant qui souffre le moins puisqu’il pourra écouler son stock portant l’ancien label et ne devra pas doter ces pneus des nouveaux labels. Il devra cependant, comme c’est également le cas aujourd’hui, imprimer sur la facture les informations du label, ou les fournir sur un document séparé, afin que l’utilisateur final sache quels pneus sont montés sur son véhicule. Les sites de vente par Internet et autres commerçants à distance doivent clairement afficher le nouveau label, à proximité directe du prix. 

Après le 1er mai 2021, les fabricants de pneus ne pourront plus mettre en circulation les ‘anciens’ pneus. Planifier sa production avec précision en vue de cette date est un véritable défi, surtout si cette production atteint un million d’unités sur une base annuelle. Un message d’avertissement du genre ‘produit à partir de la semaine 18 en 2021’ pourrait constituer une solution. Les organisations faîtières européennes plaident en faveur d’une période transitoire de six mois. Avant la transaction, le garage doit montrer aux utilisateurs finaux voulant acquérir une nouvelle voiture le label des pneumatiques concernés. Le document d’information sur le produit doit également être disponible pour le futur acheteur. 

Pour le 1er juin 2025 au plus tard, nous devrions savoir si, et dans quelle mesure, ce nouveau label pneumatique incitera concrètement les utilisateurs finaux à choisir des pneus affichant de meilleures performances environnementales. C’est en effet à cette date que la Commission européenne évaluera cette (r)évolution.

Pneu et carburant

Le 13 mai, le Parlement européen a donné sa bénédiction pour le nouveau label pneumatique. Une approbation formelle par le Conseil de l’Europe est encore nécessaire, mais elle ne constitue pas un obstacle pour ce genre de procédure. L’objectif supérieur de ce nouveau label est la réduction des gaz à effet de serre au sein de l’Union européenne. La circulation automobile est actuellement responsable d’environ 20 pour cent des émissions de ces gaz. Par ailleurs, la résistance au roulement des pneus est responsable de 20 à 30 pour cent de la consommation de carburant d’un véhicule.

Hankook et Profile soutiennent…Extinction Rebellion perd…
RÉACTIONS

Placez réponse

Dernières nouvelles

Le plus lu le mois dernier

Derniers commentaires

    Pas de commentaires