Vues : 124 x
Noter cet article:
0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5
(0,00)
(Login obligatoire)

« L’industrie peut s’effondrer plus vite qu’on ne le pense »

DOMAIN: Actualité

Posté le : 12 octobre 2018, 11:29

Temps de lecture: 2 minutes

Herbert Diess, président du directoire de Volkswagen, est l’un de ceux qui considèrent qu’une réduction de 40 % des émissions de CO2 en Europe d’ici 2030 est irréaliste. Dans une interview au Süddeutsche Zeitung du 11 octobre, il a également exprimé sa crainte face aux rebondissements politiques, qui pourraient plonger l’industrie automobile allemande dans l’abîme.

« Je demande vraiment aux politiciens de bien réfléchir. L’industrie automobile peut s’effondrer plus vite qu’on ne le pense. Il suffit de regarder l’industrie automobile en Italie ou en Grande-Bretagne : il n’en reste presque plus. Detroit aussi a déjà connu une industrie florissante, qui a permis d’élever le niveau de vie. Les États-Unis et la Chine voient maintenant une opportunité de nous prendre notre rôle de leader dans le développement de la voiture du futur. La probabilité que nous conservions ce rôle est d’une chance sur deux.”

Le scandale du diesel

Bien entendu, le scandale du diesel est également abordé dans l’interview. Diess ne laisse aucun doute à ce sujet : « Ce que nous avons fait aux États-Unis n’est pas acceptable : induire délibérément les choses en erreur, et ce, depuis des années. Nous avons discrédité la technologie diesel, sans aucun doute. J’espère que nous ne porterons pas la fin du diesel sur la conscience, mais pour parvenir à réduire les émissions de CO2, nous avons besoin de diesel, au moins pour les dix prochaines années.”

Entraînement électrique

La question du Süddeutsche Zeitung est la suivante : « Adoptera-t-on la conduite électrique ?“ Diess se montre sceptique : « En ce qui concerne les émissions de CO2, la voiture électrique ne peut pour l’instant concurrencer le diesel sur de longues distances. La vérité, c’est qu’en passant à l’électricité, nous passons en fait à l’énergie du charbon. La production d’une batterie au charbon revient à émettre cinq tonnes de CO2. Si on roule en plus au charbon, la mobilité électrique serait une folie.”

Avenir

Néanmoins, Volkswagen investit des milliards dans l’électrification de sa flotte. « C’est la seule possibilité, mais une réduction drastique de 40 % des émissions de CO2 entraînera une révolution incontrôlable qui coûtera environ 100 000 emplois dans nos usines. C’est dans la conversion de l’énergie primaire que se trouve le principal effet de levier. Nous passons du charbon au gaz dans la centrale électrique de l’usine de Wolfsburg. Cela coûte 400 millions d’euros, mais permet d’économiser le CO2 équivalent à 870 000 voitures. Nous construisons des usines de batteries, nous mettrons 30 voitures électriques sur le marché et nous dépensons plus de 34 milliards d’euros en électrification et autres technologies. Je pense donc que l’industrie automobile est accusée à tort, y compris par la sphère politique.”

Tags: , , , , ,

Brezan Autoparts lance…Benoit Rivallant nommé…
RÉACTIONS

Placez réponse

Je moet inloggen om een reactie te kunnen plaatsen.