Vues : 228 x
Noter cet article:
1 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 51 vote, average: 3,00 out of 5
(3,00)
(Login obligatoire)

Plus de possibilités grâce au budget de mobilité

DOMAIN:

Posté le : 27 février 2019, 10:32

Temps de lecture: 2 minutes

Ce vendredi 1er mars, le budget de mobilité entrera en vigueur dans notre pays. Celui-ci donne davantage de possibilités aux employeurs en ce qui concerne les avantages fiscaux du trajet domicile-travail.

Bénéfique pour l’environnement, les employés peuvent de plus choisir le mode de transports qu’ils souhaitent utiliser pour se rendre au travail. L’employeur et l’employé en tirent également des avantages financiers. Avec le budget de mobilité, les employés peuvent échanger une voiture de société contre une alternative plus respectueuse de l’environnement et payer les transports supplémentaires avec l’argent qui reste, à la condition que l’employé ait droit à l’utilisation à long terme d’une voiture de fonction.

Exemples de calcul

Le journal De Tijd montre ce que cela veut dire en pratique au moyen de deux exemples de calcul dans le journal du samedi 23 février. Le premier exemple est basé sur une Mercedes Classe C en tant que véhicule professionnel. Le coût total pour l’employeur est de 9750 euros par an. Pour ce montant, un salarié peut également opter pour une Nissan Leaf électrique plus respectueuse de l’environnement, d’une valeur de 7029 euros. De plus, il peut prendre un abonnement annuel SNCB à 1300 euros, un abonnement annuel TEC à 580 euros et acheter un vélo de ville de 650 euros. Il lui reste alors 191 euros bruts (118 euros nets). L’avantage fiscal pour l’employeur s’élève à 667 euros.

Dans le cas d’une Audi A7, qui représente un coût annuel total de 14 000 euros, le choix d’une VW Passat diesel plus modeste (coût annuel de 9500 euros) permet de réduire de près de moitié les émissions de CO2. Avec un vélo électrique et des abonnements aux transports en commun supplémentaires, le salarié dispose d’un excédent brut de trésorerie de 546 euros (net 338 euros). L’avantage fiscal pour l’employeur dans ce cas est de 2362 euros.

Sélection

De Tijd mentionne également que le budget de mobilité est une décision libre de l’employeur. Il n’est pas obligé de l’introduire. Le salarié peut également choisir d’accepter ou de refuser le budget de mobilité. En cas de promotion ou de rétrogradation, le budget de mobilité peut également changer.

Van Heck Interpieces lance…Comment vendre un véhicule…
RÉACTIONS

Placez réponse

Dernières nouvelles

Le plus lu le mois dernier

Derniers commentaires

    Pas de commentaires