Vues : 70 x
Noter cet article:
0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5
(0,00)
(Login obligatoire)

Recul de 8,6 grammes des émissions moyennes de CO2

DOMAIN:

Posté le : 14 juillet 2020, 13:02

Temps de lecture: 2 minutes

Le succès rencontré par les motorisations hybrides et électriques, ainsi que le léger rebond de la motorisation diesel, affecte directement le niveau moyen des émissions de CO2 des voitures neuves immatriculées en Belgique. Alors que cette moyenne était de 119,4 gr/km en 2018 puis de 121,2 gr/km en 2019, celle-ci s’établit désormais à 112,6 gr/km en 2020. Soit un recul de 8,6 gr/km des émissions moyennes de CO2 des voitures neuves en Belgique.

C’est un résultat historiquement faible, qui illustre sans la moindre contestation possible les efforts déployés par l’industrie automobile pour tendre vers une mobilité toujours plus respectueuse de l’environnement. Tout cela apparaît dans un analyse du marché automobile belge au premier semestre 2020.

Voitures neuves

Avec 216.605 voitures neuves immatriculées en Belgique entre le 1er janvier et le 30 juin 2020 contre 310.188 lors de cette même période en 2019, le secteur automobile a subi de plein fouet le lockdown imposé pour lutter contre la pandémie de COVID-19. A l’issue des 6 premiers mois de l’exercice 2020, c’est un retrait de 30,2% qui sanctionne les enregistrements de voitures neuves à l’échelle nationale.

Au-delà de ce résultat brut, le premier semestre 2020 a été marqué par une évolution du comportement d’achat des automobilistes belges. En matière de motorisation, tout d’abord, la propulsion hybride est pour l’instant la grande gagnante de l’exercice 2020. Elle qui concentrait 4,5% des immatriculations de voitures neuves fin 2019 a vu sa part de marché grimper à 8,4% au terme des 6 premiers mois de l’exercice 2020. On note par ailleurs un léger rebond de la motorisation diesel ainsi qu’une progression continue de la motorisation électrique, tout cela au détriment de la motorisation essence.

Suv

Si la catégorie SUV concentre à elle seule 40,9% des immatriculations de voitures neuves (en progression de 1,8% par rapport à l’exercice 2019), elle le doit principalement aux modèles de petite (14%) et de moyenne (23,1%) taille. Les grands SUV représentent quant à eux 3,8% des immatriculations de voitures neuves à l’issue du premier semestre.

Les voitures appartenant à la catégorie “familiale” constituent la seconde force du marché, avec 28,4% de parts de marché. Un résultat qui est principalement dû aux petites familiales, qui regroupent à elles-seules 20,4% des parts de marché.

L’examen des sous-catégories de véhicules permet par ailleurs de confirmer que l’essor fulgurant connu par la catégorie SUV n’impacte en aucun cas le nombre de “grands véhicules” mis à la route dans notre pays, la part de marché cumulées des grands véhicules étant de 15,5% à l’issue du premier semestre 2020 contre 17,6% en 2012.

Enterprises contre clients particuliers

Durant ce premier semestre, les sociétés ont fait office de véritable moteur pour l’électromobilité. Les modèles électrifiés (hybrides ou 100% électriques) ont représenté 15,6% des parts de marché des véhicules immatriculés par des entreprises, contre 5,8% des véhicules immatriculés par des clients particuliers.

On note par ailleurs une différence particulièrement marquée entre les motorisations hybrides plug-ins (à recharger par l’intermédiaire d’une prise électrique), particulièrement populaires auprès des entreprises, qui composent 87,4% des immatriculations de cette technologie, et les motorisations ‘full & mild hybrid’ (dont la batterie se recharge automatiquement lors des séquences de freinage et de décélération), qui sont quant à elles prisées par les clients particuliers (49,4% des immatriculations).

Brezan Autoparts rejoint Group…Voitures partagées…
RÉACTIONS

Placez réponse

Dernières nouvelles

Le plus lu le mois dernier

Derniers commentaires

    Pas de commentaires