Vues : 49 x
Noter cet article:
0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5
(0,00)
(Login obligatoire)

Recyclage des batteries de VE usagées

DOMAIN: Actualité

Posté le : 19 mars 2020, 09:03

Temps de lecture: 5 minutes

La nouvelle fiscalité automobile entrée en vigueur le 1er janvier 2020 laisse penser que la part des voitures électriques et surtout des PHEV augmentera sensiblement dans notre pays cette année. Cela signifie aussi que le thème de la collecte, du traitement et du recyclage des batteries usagées devient soudain nettement plus actuel.

En Belgique, 126 centres agréés recyclent environ 150.000 voitures, qui ont en moyenne 16,6 ans. Catherine Lenaerts, directrice de Febelauto, l’organisme belge de gestion des véhicules hors d’usage et des batteries industrielles, apporte quelques précisions supplémentaires: “En 2018, pas moins de 97,3 pour cent d’un véhicule déclassé a été réutilisé ou recyclé en matériaux purs et distincts, qui servent de matières premières pour construire des voitures neuves. Il ne reste que 2,7 pour cent de matériaux hétérogènes divers.” La Belgique se positionne ainsi comme un élève exemplaire dans la classe européenne. Aussi, il y a environ cinq ans, l’idée est née de mettre en place un système étanche de collecte, de traitement et de recyclage des batteries de voitures électrifiées, qu’il s’agisse de véhicules exclusivement électriques (BEV) ou de plug-in hybrides (PHEV).

Febelauto a élaboré des normes spécifiques pour les entreprises qui veulent être agréées comme centres de traitement de batteries de véhicules électrifiés.

Ainsi, avant même une véritable percée de la voiture électrique, on réfléchissait déjà au ‘cycle de vie’ total de ce type de véhicule et en particulier à la ‘fin de vie’ de son composant le plus important: la batterie ou le bloc-batterie. “Au départ, Bebat semblait le partenaire tout indiqué”, explique Catherine Lenaerts, “mais cette organisation est principalement orientée B2C.” Dans la pratique, il s’agit donc essentiellement de batteries pour des biens de consommation plus petits. “Au moment de la vente, une écotaxe est prélevée pour financer un système qui prend en charge plus tard la collecte, le traitement et le recyclage. Ces batteries ont un cycle de vie relativement court, en tout cas beaucoup plus court que la durée de vie prévue des batteries industrielles équipant les voitures électriques et les plug-in hybrides.”

Un defi

Bien qu’il soit encore difficile aujourd’hui de déterminer la longévité exacte des batteries en question, on estime qu’elles peuvent être utilisées dans des voitures électriques pendant environ dix ans, puis hors du véhicule pendant encore une dizaine d’années comme tampon pour le stockage temporaire d’énergie électrique. “C’est pourquoi nous avons relevé ce défi nous-mêmes en tant que Febelauto”, poursuit Catherine Lenaerts. Febelauto a réussi à convaincre 42 marques automobiles de rejoindre le projet. “En 2018, nous avons également conclu un accord de branche avec la Région flamande. La Région bruxelloise a suivi le mouvement et les négociations avec la Région wallonne sont en cours.” L’objectif est de parvenir à une réutilisation maximale ou – si cela n’est pas possible – de récupérer un maximum de matières premières.

“Via Febelauto, le diagnostic est soumis aux constructeurs automobiles, qui décident alors exactement de ce qu’il faut faire avec la batterie.”

Le traitement des batteries haute tension comme celles des véhicules électriques et hybrides requiert des mesures de sécurité et des connaissances ad hoc. C’est pourquoi Febelauto a élaboré des normes spécifiques pour les entreprises qui veulent être agréées comme centres de traitement de telles batteries. Ainsi, l’année dernière, l’entreprise limbourgeoise de recyclage Out Of Use a conclu un contrat pluriannuel avec Febelauto pour la collecte fine, la réutilisation et le recyclage de batteries lithium-ion déclassées provenant de véhicules électriques et plug-in hybrides. Actuellement seule entreprise sous contrat avec Febelauto pour la collecte, cette société, dont le siège est situé à Beringen, a été fondée fin 2009 par Mark Adriaenssens, qui possède plus de 25 ans d’expérience dans le monde des déchets d’équipements électriques et électroniques (également appelés DEEE dans le secteur).

Enregistrement et transport

Febelauto a créé un site web pour enregistrer les batteries à collecter provenant de véhicules électrifiés. Le garage remplit le formulaire en ligne, et Febelauto, après approbation, charge ensuite Out Of Use de récupérer la batterie. De nombreuses informations demandées visent à planifier un transport adéquat conformément à la législation ADR. “Lorsque la batterie est dans un état critique, elle doit être emballée sur place dans un conteneur de sécurité spécifique, dans lequel la batterie repose de manière totalement stable”, explique Mark Adriaenssens d’Out Of Use. “Le conteneur de transport est complètement rembourré et est protégé contre l’auto-inflammation. Dans un état non critique, la batterie peut être transportée dans son emballage d’origine.”

Regles et normes

“Nous collectons les batteries déclassées de voitures électriques et de plug-in hybrides auprès des concessions des marques et d’un certain nombre de centres de recyclage agréés par Febelauto”, explique Mark Adriaenssens. “Il se peut que les batteries n’aient été utilisées que deux semaines – suite à un accident, par exemple – ou elles peuvent afficher une durée de vie normale de plusieurs années. Le transport doit être conforme à la législation ADR, ce qui signifie que le chauffeur et le camion doivent tous deux être certifiés. Même pour ceux qui connaissent la réglementation ADR, le transport des batteries est une matière difficile, surtout lorsqu’il s’agit du reporting.” L’ADR est la législation relative au transport par route de marchandises et de substances dangereuses.

Le conditionnement des batteries à collecter doit être strictement conforme aux normes imposées par la loi. Si le poids dépasse 30 kilogrammes, une seule batterie peut être transportée dans un conteneur hermétique. Les batteries de très grandes dimensions nécessitent une approche spécifique: parfois, un conteneur de transport doit être fabriqué sur mesure, ce qui implique un investissement très important. Sur le site d’Out Of Use, qui est agréé pour les déchets dangereux, les batteries en tout genre et certains systèmes pyrotechniques comme les airbags, les conteneurs de transport sécurisés sont stockés dans un grand conteneur construit sur mesure et équipé de divers systèmes de sécurité dont un système d’extinction automatique.

Watt4Ever

Febelauto, Out Of Use, Revolta, Intigo et Eco Lithium ont fondé une joint-venture au début de cette année sous le nom de Watt4Ever. La tâche spécifique de Watt4Ever consiste à démanteler les batteries collectées jusqu’au niveau des modules ou des cellules, à les tester et à les trier en fonction d’une possible réutilisation. Les modules réutilisables seront alors réassemblés pour former une nouvelle batterie qui pourra servir de tampon énergétique, notamment pour des applications industrielles. Les modules et cellules non réutilisables seront recyclés en externe en matières premières secondaires.

Processus de tri

Une fois les batteries neutralisées, le processus de tri proprement dit peut commencer. “Chaque batterie est soumise à un examen pour déterminer son état exact”, précise Mark Adriaenssens. “Via Febelauto, le diagnostic – une sorte de rapport de santé de la batterie – est soumis aux constructeurs automobiles, qui décident alors exactement de ce qu’il faut faire avec la batterie. Si celle-ci n’est pas rappelée par la marque, elle est soit préparée pour une seconde vie, soit démantelée pour être recyclée en matières premières secondaires.” Selon leur destination finale, les batteries sont à nouveau transportées, ce qui implique un reconditionnement et un étiquetage conforme à la législation ADR.

Tags: , , , ,

Redorer le blason de la…Les entreprises automobiles…
RÉACTIONS

Placez réponse

Je moet inloggen om een reactie te kunnen plaatsen.

Dernières nouvelles

Le plus lu le mois dernier

Derniers commentaires

  • […] de pneus,…

    20 mars 2020, 12:08par:Détours - La Belgique veut taxer les pneus, bientôt la même chose en France ?