Vues : 83 x
Noter cet article:
0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5
(0,00)
(Login obligatoire)

Redorer le blason de la réparation carrosserie

DOMAIN:

Posté le : 18 mars 2020, 09:42

Temps de lecture: 3 minutes

La pénurie de personnel de qualité dans le secteur de la réparation carrosserie est un problème qui touche beaucoup d’entreprises européennes. Comment y remédier? Voici la vision de Jim Muse, vice-président de la division réparation carrosserie chez Axalta pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

Jim Muse

Le manque d’intérêt des jeunes générations combiné au vieillissement de la population active: voilà les responsables de la pénurie de ‘mains’. Et même si on ne peut arrêter le temps ou le processus de vieillissement, il existe une solution, selon Jim Muse: “Il est indispensable de redorer le blason du métier de carrossier.” L’époque où l’on était dépendant d’un PC pour chercher manuellement des formules de couleur et faire des échantillons de pulvérisation est révolue, affirme Jim Muse. “L’innovation technologique rend le processus de réparation avec des peintures automobiles plus rapide, plus facile et plus rentable. Les outils numériques de la carrosserie d’aujourd’hui vont de soi pour la jeune génération de demandeurs d’emploi avec une qualification technique.”

Pendant des années, les travaux de réparation des dégâts étaient statiques, surtout lorsque la correspondance des couleurs se faisait au moyen de microfiches puis avec des échantillons de couleurs traditionnels. Grâce à l’évolution rapide des technologies, le processus est désormais rapide et précis. Les carrosseries modernes utilisent des systèmes avancés assistés par des outils numériques de correspondance des couleurs. “Cela donne aux carrossiers une mobilité totale dans l’entreprise. Avec un système de gestion des couleurs connecté au cloud, les carrossiers ont accès à distance à des fonctions telles que les mesures par spectrophotomètre, les feuilles de travail et les formules de teintes. A partir de chaque appareil avec une connexion Internet, tel un smartphone ou une tablette.”

Echantillons de pulvErisation

Selon Jim Muse, les propriétaires de carrosseries veulent généralement attirer la ‘génération Z’. Des jeunes nés entre 1995 et 2014, dont les aînés font déjà partie de la population active ou seront bientôt sur le marché du travail. Un nombre important, qui devrait représenter près d’un quart de la population active mondiale. Selon une récente enquête menée notamment auprès de douze mille personnes de la génération Z de dix-sept pays, 80 pour cent des jeunes aspirent à une technologie de pointe tandis que 91 pour cent déclarent que la technologie influencera le choix de leur métier.

Comment remédier à la pénurie de personnel de qualité? Selon le dirigeant d’Axalta, il faut montrer à la génération Z que le secteur de la réparation carrosserie est une alternative attrayante aux autres professions. “La Gen Z, ce sont de véritables ‘natifs du numérique’ avec une conscience environnementale plus forte que celle de toutes les générations précédentes. Ils ont grandi dans un monde numérique. Chez eux, la technologie est une seconde nature. Afin de toucher la corde sensible de ce groupe de demandeurs d’emploi, les propriétaires de carrosseries doivent par exemple inclure la numérisation et la durabilité environnementale dans leur communication lors des bourses de l’emploi et auprès des conseillers des écoles professionnelles. En outre, les carrosseries doivent veiller à ce que leur propre pensée verte soit visible pour la prochaine génération.”

De nouveaux talents

Selon Jim Muse, il y a suffisamment d’opportunités pour éviter que la pénurie actuelle de personnel de qualité ne se transforme en crise demain. Les propriétaires de carrosseries peuvent renverser la vapeur et attirer de nouveaux talents en mettant en évidence les bons côtés de la profession auprès des jeunes demandeurs d’emploi. Mais une fois un jeune recruté, on n’est pas encore au bout de ses peines, prévient-il. “Retenir le personnel devient alors le but ultime. Un fort sentiment de satisfaction au travail est une exigence universelle pour conserver le personnel, quel que soit son âge.”

Axalta

Avant d’être nommé vice-président de la division Refinish pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique l’automne dernier, Jim Muse a occupé divers autres postes dans différentes régions chez Axalta. Sa base d’affectation actuelle est le siège de Bâle (Suisse). L’entreprise fournit des peintures notamment pour les voitures particulières et les véhicules utilitaires, et est active dans le secteur des peintures depuis plus de 150 ans. Axalta occupe 14.000 personnes et compte plus de 100.000 clients dans 130 pays.

Fermeture des entreprises…Recyclage des batteries de VE…
RÉACTIONS

Placez réponse

Dernières nouvelles

Le plus lu le mois dernier

Derniers commentaires

    Pas de commentaires